Diabète mon ami…

On le sait la grossesse ce n’est pas toujours fun. D’ailleurs vous pouvez retrouver quelques aléas de la grossesse sur cet article « Les joies de la grossesse »

Mais pour moi ce qui m’a le plus impacté c’est d’avoir du diabète gestationnel. C’était une chose qui me faisait peur et bien sûr je n’y ai pas échappée. Il faut savoir qu’en étant enceinte, notre corps ne fonctionne plus de la même façon. C’est ainsi que l’on peut avoir du diabète gestationnel. Pour l’expliquer,  chez la femme enceinte non diabétique, le pancréas s’adapte et la sécrétion d’insuline augmente au fur et à mesure de la grossesse. Chez les femmes avec un diabète gestationnel, l’adaptation du pancréas est insuffisante et la sécrétion d’insuline n’augmente pas suffisamment.

Cela concerne environ 8% des femmes enceintes. Le surpoids, l’âge (plus de 35 ans ), des antécédents familiaux et un premier diabète gestationnel lors d’une première grossesse favorisent l’apparition du diabète . Et puis parfois comme moi vous n’avez aucun des 4 mais mais vous faites tout de même un diabète gestationnel.

Les conséquences peuvent être multiples. Pour la maman d’abord, une prise de poids plus importante si pas de surveillance, un risque de rester diabétique par la suite, même si cela est assez rare. Mais aussi 7 fois plus de chance de faire un diabète plus tard en vieillissant.

Pour le bébé ensuite, vous avez alors plus de (mal)chance de faire un bébé avec une macrosomie, c’est un dire un bébé de plus de 4kg à la naissance, donc risque plus important de césarienne ou de déclenchement de l’accouchement. Il peut faire de l’hypoglycémie à la naissance. Il peut aussi avoir plus de soucis respiratoires à la naissance et avoir plus de risques de déclarer du diabète une fois adulte et du surpoids.

Voilà pour la partie médicale.

Je dois avouer que le jour où  mon test fut positif je me suis mise à pleurer. Je me sentais coupable. Coupable de ne pas avoir pu le gérer, d’apporter des risques supplémentaires à mon enfant Je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que j’avais loupé un truc que j’avais consommé trop de sucre. Je m’en voulais que ma fille ait possiblement des soucis plus tard dans sa vie, pour sa santé. J’ai eu quelques crises de larmes depuis, quand notamment mon taux est trop haut alors que mon repas est des plus basique. Cette impression de ne pas y arriver.

pleure

En fait il n’y avait pas de raison de penser que je faisais du diabète au moment du test. A 6 mois de grossesse au moment du test je n’avais pris que 5 Kg, la petite avait une courbe de croissance normale. Je remercie donc mon gynéco qui malgré tout demande le test pour écarter tous risques.

Après avoir fait le test, qui consiste à faire une prise de sang à jeun, puis de boire un grand verre de glucose, puis de faire une prise de sang après 1h et une autre après 2h. J’ai passé une journée à l’hôpital, pour passer plus de test et avoir des explications et un suivi mis en place.

vignette-focus-wide-500x377

La journée nous a servi à voir si avec des repas dits normaux, sans apport excessif de sucre notre taux de sucre était bon. Nous avons pu voir un diabétologue, une infirmière et un nutritionniste. Et surtout on nous a présenté nos nouveaux amis, l’application de suivi du taux de sucre et surtout notre lecteur de glycémie.

J’avais de la chance car avec un repas basique mon taux était parfait. Cela voulait dire que je n’avais pas besoin d’insuline mais juste d’un régime adapté.

IMG-20190201-WA0001 (1)
Il donne pas envie ce fantastique petit dej ?

Je dois donc me piquer 6 fois par jour. Avant chaque repas et 2h après chaque début de repas. Parfois je le fais aussi après le goûter pour m’assurer de ne pas avoir abusé. Mon taux avant repas, dit à jeun ne doit pas dépasser 0,94 et et 1,20 après 2h de repas. Si deux repas sont proches, le plus important c’est alors le taux après repas. Et si le repas dépasse 30 min je vais me piquer 2h30 après le début plutôt que 2h. J’ai aussi une application, qui permet à l’hôpital de me suivre au quotidien, de m’envoyer un petit message quand tout va bien, mais aussi de me dire quand le repas n’est pas au top. Comme une mauvaise élève qui se fait gronder.

20190408_145054
Mon nouveau meilleur ami.

 

Screenshot_20190408-134700_myDiabby
Suivi d’une journée type. Tout vert youhour

 

Il faut savoir que j’ai dû bannir certains aliments et limiter les autres. En gros au revoir, croissants, crêpes, bonbons, gâteaux, boisons sucrées, miel, chocolat, yaourts sucrés, confiture… Je devais aussi limiter les fruits, toujours les incorporer au repas, ne pas dépasser les doses, une demi-banane par exemple, 1 kiwi, 1 clémentine par repas. Pour les sucres lents cela change aussi. Car on ne parle pas que de sucres purs mais de glucides, pâtes, frites, céréales, pains blancs, riz. Idéalement c’est de favoriser une cuisson al dente et les céréales complètes, pour une assimilation plus lente.

20190201_115401
Au revoir le kiffe

Je dois aussi apporter des fibres à chaque repas, à moi, les haricots, salades, poireaux, tomates, concombres, champignons, poivrons et autres légumes en illimité.

giphy (3)

A côté de cela, je dois aussi limiter le gras et oui car le gras n’aide pas à l’assimilation des glucides, youuhou.

Au quotidien, ce n’est clairement pas simple. En tant que femme enceinte, j’ai déjà dû dire adieu à l’alcool, la charcuterie, le cru comme le saumon ou la viande rouge, une bonne partie des fromages. N’étant pas immunisé contre la toxo, ( je me demande bien à quoi ça a servi de vivre toute ma vie avec des chats et qu’ils me déchiquettent les bras). Je dois aussi faire attention aux fruits et légumes crus, qui doivent être bien lavés.

Ajouté donc à cela, le diabète et parfois vous vous sentez puni, cette envie de cookies et chocolat chaud tu oublies, le restaurant devient moins gérable.

Et bien sûr plus tu avances dans la grossesse et plus ton corps a du mal à gérer les glucides. Mais j’ai de la chance seul le régime alimentaire a suffi, pas besoin d’insuline pour moi.

Parfois sans même me piquer je sais que je suis trop haute en taux. Gros coup de fatigue, nausée, mal de tête. Cela ne loupe pas.

giphy (4)

Mais cela m’a aussi apporté du positif. Si, si je vous jure. Grâce à cela pas le choix d’avoir une alimentation équilibrée. De ce fait je n’ai pas pris plus de 7 à 8 kg cela varie, sur plus de 8 mois de grossesse. Depuis janvier mon poids sur la balance ne bouge plus, alors que la petite grossit j’ai donc perdu du poids, je vous rassure je suis bien suivi et donc tout va bien. Mais au final après l’accouchement je n’aurais pas beaucoup encore à perdre et c’est déjà pas mal haha.

La petite se porte bien, elle est pile dans la courbe de poids voulu. Je lui apporte chaque jours des repas équilibré, fruits, légumes, céréales complètes, calcium.

Je m’oblige aussi à boire beaucoup d’eau, chose que je faisais pas avant. Car l’eau aide à faire descendre le taux de sucre. Je marche aussi presque chaque jour, de même l’activité physique aide à faire descendre un taux élevé. Donc si jamais j’ai un repas que je sais « mauvais » hop je pars marcher 30 min, avec ma bouteille d’eau.

giphy (5)

J’ai donc une bonne hygiène de vie, active malgré la grossesse. Et puis bon je me suis autorisé quelques journées de kiffe comme le jour de la baby shower ou un brunch de folie.

Voici une journée type :

Petit déjeuner : 1 grande tranche de pain complet avec du beurre, 1 fruit ( 1 pomme, 1 poire, 1 kiwi ou 1 clémentine), 1 yaourt au lait végétal sans sucre ajouté, amande, avoine, coco ou soja.

Déjeuner :  1 portion de légumes ( haricots verts, petit pois carottes, salade, épinard, choux…) 1 petite portion de féculents (pâtes, riz, pain complet ) deux portions de fromage type kiri, babybel, parfois un fruit.

Goûter : 1 fruits, 2 ou 3 biscuits salés ou sans sucre ajouté, oui ça existe c’est pas le plus kiffant mais bon.

Diner : il ressemble assez au midi. Mais souvent plus léger, car j’ai moins de chance de bouger le soir que après le déjeuner.

Je dois aussi sur la fin faire un monitoring tous les 10 jours à la maternité pour voir si la petite va bien et qu’un déclenchement n’est pas nécessaire. Et voir aussi si mes taux sont toujours bons.

Alors je ne souhaite pas aux femmes enceintes, d’avoir du diabète. J’ai hâte que cela se termine. Mais au final cela m’a aussi apporté du bon dans ma gestion du poids et de mon alimentation et de mon activité physique.

Pour finir, 2 à 3 mois après l’accouchement je dois refaire un test savoir si tout cela est bien parti. Je l’espère fortement. Croisez les doigts pour moi 🤞

4 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s